ASSOCIATION DONGEOISE des ZONES à RISQUES et du PPRT :

 

 

SES INITIATIVES 

 

 

JUILLET 2018

 

12 juillet 2018 :

 

Pollution massive de l’air et manquements graves de l’industriel SANOFI

dans l'entreprise à Mourenx (bassin industriel de Lacq) -

 

communiqué FNE:

Sanofi rejets toxiques lacq Mourenx

 

 

 

5 juillet 2018 :

 

A lire: AZF/ TOTAL responsable et coupable

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

JUIN 2018

 

8 juin 2018 :

 

Le vendredi 8 juin, l'ADZRP invitait les Dongeoises et Dongeois à une réunion publique à la Mairie de Donges.

Il s'agisssait de débattre des nombreux sujets interpellant chaque citoyen.

 

Que s'est-il dit à cette occasion ?

 

Lire la lettre d'infos N° 109 (rubrique: derniers billets)

 

 

MAI 2018

 

30 mai 2018 :

 

Lu dans la presse: OF 30052018

 

Lire: A donges, Total ne convainc pas les élus of30062018

 

27 mai 2018 :

 

 L'ADZRP interpelle le Ministre de la transition écologique et Solidaire sur 3 sujets:

- L'accident du 21 avril

- la demande de dérogation à l'application de la directive européenne qui impose aux appontements et postes de déchargement des bateaux de récupérer les vapeurs d'hydrocarbures et de benzène

- mise en demeure du 29 août 2017

 

LIRE:Nicolas Hulot /dysfonctionnements raffinerie fuites cov dérogation directive européenne

 

19 mai 2018 :

 

 DEMANDE INQUIETANTE: LE CONSEIL MUNICIPAL DE DONGES DOIT LA REJETER !

 

Le Conseil Municipal  de Donges convoqué le mardi 24 mai 2018 est invité à donner "un avis sur la demande formulée par la société TOTAL de déroger à la directive européenne IED relative aux émissions de composés organiques volatils et de benzène".

 

L'Association Dongeoise des Zones à Risque et du PPRT s'est adressée au Maire de la Commune (courrier ci-dessous)

 

"Le prochain Conseil Municipal qui se réunira le jeudi 24 mai a mis à son ordre du jour une question posée par l’industriel qui sollicite l’avis de la commune « sur la demande formulée par la société Total de déroger à la directive européenne IED relative aux émissions de composés organiques volatils et de benzène ».

Comment l’industriel peut-il solliciter un passe-droit à l’application d’une directive européenne relative aux émissions industrielles ayant pour objectif de parvenir à un niveau élevé de protection de l’environnement grâce à une prévention et à une réduction intégrée de la pollution provenant d’un large éventail d’activités industrielles ? Comment l’industriel peut-il avoir la prétention de continuer à exposer la population à des émanations de benzène, produit considéré comme cancérogène avéré par le Centre International de Recherche sur le Cancer (CiRC)  ?

 

Par ailleurs, dans l’avis délibéré de l’Autorité Environnementale sur la modernisation de la raffinerie Total à Donges adopté lors de la séance du 11 avril 2018, il est fait état de la « demande de dérogation à l’application de la réglementation qui impose aux appontements et postes de déchargements des bateaux situés au sud-ouest du site de récupérer les vapeurs d’hydrocarbures pendant les opérations de chargement et déchargement. »

L’Autorité Environnementale précise que « cette demande est en cours d’instruction par les services de l’Etat ».

 

Les nuisances imposées par la société Total aux Dongeoises et Dongeois sont déjà trop nombreuses. Elles altèrent la qualité de vie des habitants.

 

L’ADZRP a produit deux documents faisant référence aux composés organiques volatils : le numéro 107 de nos publications et un courrier à Madame la Préfète

 

Persuadée qu’il ne revient pas au Conseil Municipal de donner un avis sur l’application ou non d’une directive européenne , l’ADZRP vous demande de rappeler à l’industriel la volonté exprimée par les habitants de vivre sainement à Donges..."

 

 

2 mai 2018 :

 

Communiqué aux médias le 1er mai 2018

 

 

 

 

LES RIVERAINS ONT LE DROIT DE SAVOIR !

 

 

 

Message à la DREAL : 30042018 – 23 h.

 

Le 21 avril dernier, une fuite de gaz ressentie en Loire Atlantique et dans le Morbihan a incommodé de nombreux habitants.

 

Les explications données par les responsables du site industriel mettant en cause un mauvais fonctionnement d’une « soupape de sécurité » normalement doublée d’une soupape de réserve en cas d’incident n’ont guère convaincu, l’industriel ayant déjà expliqué qu’en cas de surpression, les torches servaient d’exutoires.

 

Suite à ce nouveau dysfonctionnement et à ses conséquences, les services de la DREAL ont enquêté dès le 25 avril sur le site industriel.

 

Il est juste que les citoyens inquiets par l’ampleur de ces émanations soient informés. Ils sont aujourd’hui dans l’attente d’explications.

 

Ils souhaitent connaître l’installation concernée par cet incident et la nature des produits répandus dans l’atmosphère.

 

Par ailleurs, ils s’étonnent qu’un dysfonctionnement identifié à 4 heures du matin n’ait été résolu qu’à 9h 25, soit plus de 5 heures après son apparition ? Si ce délai peut se comprendre pour l’extinction d‘un feu, il est tout à fait disproportionné pour résoudre une fuite sur une unité de production.

 

Ces demandes sont d’autant plus justifiées qu’un nouveau dysfonctionnement vient d’être signalé ce lundi 30 avril par l’industriel.

 

Les installations sont-elles réellement fiables et sécurisées ?

 

Photo prise le 1er mai (matin)

Fumee 0105

 

 

AVRIL 2018

 

 

25 avril 2018 :

 

PERSONNES VICTIMES DES EFFETS INCOMMODANTS.

 

FUITE DE GAZ  - ODEURS

 

 

Le samedi 21 avril 2018, d'importants dégagements de gaz malodorants et irritants se sont échappés de la raffinerie TOTAL de Donges.

De nombreuses personnes, à Donges mais dans plusieurs autres communes de Loire Atlantique et du Morbihan ont été incommodées par les odeurs pestilentielles dégagées.

 

Pour l'heure, nous ne connaissons ni la quantité de gaz dégagée, ni sa nature, ni les causes du dysfonctionnement de la "soupape de sécurité".

 

Les personnes ayant été incommodées peuvent se signaler auprès de :

 

l'ARS             ars44-alerte@ars.sante.fr

ou

sur le site:                www.signalement-santé.gouv.fr

 

 

Adressez-nous le double de votre message.

 

Nous vous remercions.

 

 

21 avril 2018 :

 

ECHAPPEMENT DE GAZ A LA RAFFINERIE DE DONGES.

DE FORTES ODEURS EN LOIRE ATLANTIQUE, dans le MORBIHAN.

 

LES CITOYENS DANS L’ATTENTE D’ EXPLICATIONS

 

Si les odeurs de gaz perçues le samedi 21 avril 2018 dans les départements de Loire Atlantique, du Morbihan et de la Vendée continuent d’inquiéter la population, il est important que les causes de la fuite lui soient rapidement communiquées.

 

Les explications données à ce jour par les responsables du site industriel mettant en cause un mauvais fonctionnement d’une « soupape de sécurité » normalement doublée d’une soupape de réserve en cas d’incident ne sont guère convaincantes, l’industriel ayant déjà expliqué qu’en cas de surpression, les torches servaient d’exutoires.

 

Il sera aussi intéressant de connaître l’installation concernée par cet incident et d’identifier le produit répandu dans l’atmosphère. Pour l’heure, le responsable de la raffinerie cite trois types d’émanations gazeuses possibles (essence légère, butane, propane). Peut-être en existe-t-il d’autres ! Ethane ou méthane ? Gaz beaucoup plus volatiles pouvant se propager beaucoup plus loin..

 

Comment expliquer par ailleurs qu’un dysfonctionnement identifié à 4 heures du matin ne soit résolu qu’à 9h 25, soit plus de 4 heures après son apparition ? Si ce délai peut se comprendre pour l’extinction d‘un feu, il est tout à fait disproportionné pour résoudre une fuite sur une unité de production.

 

L’industriel, la DREAL ne peuvent ignorer l’exigence de vérité formulée par les riverains soumis malgré eux à de multiples nuisances.

 

 

 

11 avril 2018 :

 

NOUVELLES UNITES de la RAFFINERIE:

des précisions à connaître.

 

L'avis délibéré de l'Autorité Environnementale sur la modernisation de la raffinerie Total adopté lors de la séance du 11 avril 2018.

 

Un document qu'il est important de consulter.

 

LIRE:  Avis Autorité Environnementale -  nouvelles unités modernisation raffinerie délibéré 11042018

 

 

3 avril 2018 :

 

ODEURS, BRUITS, POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE : la TOTAL(E) !

 

 

Faudra-t-il un grave accident sanitaire pour que les signalements dénonçant les nuisances imposées par l’industriel aux habitants soient véritablement pris en compte ?

Odeurs nauséabondes, soufrées, bruits persistants de forte intensité, pollution atmosphérique se traduisant par le dépôt de poudre blanche au sol deviennent des phénomènes récurrents. Nombreuses sont les personnes qui en souffrent. Ces nuisances aggravent les difficultés respiratoires, les troubles du sommeil et renforcent sérieusement les inquiétudes sur la composition de l’air inhalé.

Si les contrôleurs de la raffinerie Total dépêchés sur les lieux concernés reconnaissent la justesse des plaintes, ils admettent la complète impuissance à régler les difficultés. Aveu de taille qui fait douter de la capacité de l’industriel à gérer un fonctionnement anormal de ses propres installations.

 

L’ADZRP rappelle l’exigence des riverains à vouloir vivre sainement à Donges. Nul ne croit à la fatalité des faits constatés. L'industriel ne doit-il pas abonder le budget "investissement" ?. C’est une question que se posent de nombreux Dongeois.

 

La population est en droit d’attendre des mesures précises et pérennes destinées à résoudre les nuisances et non pas un discours visant à les justifier.

 

 

MARS 2018

 

27 mars 2018 :

 

QUE DEVIENT LA MISE EN DEMEURE IMPOSEE A L'INDUSTRIEL TOTAL ?

Dans l'arrêté préfectoral signé le 29 août 2017, la société Total Raffinage était mise en demeure de respecter plusieurs dispositions réglementaires visant le système de gestion de la sécurité, la maîtrise des procédés, la maîtrise d'exploitation, dans un délai de 6 mois à compter de la notification du dit arrêté.

 

Le 5 mars 2018, l'ADZRP s'adressait à la DREAL:

"L'inspection réalisée par vos services auprès de la société Total Raffinage France  le 12 mai 2017 prolongeant celles effectuées en 2015 et 2016 a mis en évidence une longue série de "désordres" rappelés par Madame la Préfète dans son arrêté de mise en demeure signé le 29 août 2017. Un délai de 6 mois était laissé à l'industriel pour résoudre les manquements dénoncés".

Pouvez-vous nous indiquer si un arrêté levant la mesure a été pris par Madame le Préfète ?
"

 

Le 27 mars, la DREAL répondait:

" En réponse à votre demande, je vous confirme qu'une nouvelle inspection est programmée sur le sujet en 2018 afin notamment d'étudier les éléments transmis par l'exploitant en réponse à l'arrêté de mise en demeure du 29 août 2017".

 

Considérant que les exigences formulées dans l'arrêté n'étaient pas respectées, l'ADZRP souhaitait les rappeler et écrivait le même jour; 

" Dans  l'arrêté du 29 Août 2017, il était précisé les obligations qui étaient faites à l'industriel et la nécessité de fournir les justificatifs attestant du respect des dispositions mentionnées, dans le délai prévu.

Pouvez-vous nous assurer que ces dispositions ont été respectées ? "

 

AFFAIRE à SUIVRE.